Temps de l’Avent/ Symbolique

L’Eglise désigne par le Temps de l’Avent, qui ouvre l’année liturgique, la période de préparation de quatre semaines pendant laquelle les chrétiens attendent la venue du Christ, qui est fêtée à Noël. Dans un quotidien souvent marqué par les difficultés diverses, dans une société de plus en plus sécularisée, ce Temps de renforcement du chemin du Seigneur dans nos cœurs a-t-il encore un sens ?

La venue de l’Enfant-Dieu est attendu avec impatience par les petits, qui assimilent Noël aux cadeaux, et par les grands. Moment de partage, de joie, de prière, de retrouvailles familiales. Noël « avènement » du « Prince de la Paix » dont parle le prophète Isaïe, de « l’Agneau de Dieu » tel que le désigne Jean-Baptiste…

Autant de figures prophétiques pour annoncer la « venue » du Christ incarné qui se laisse reconnaître humblement par les bergers et les mages sous les traits d’un nouveau-né pauvre.

Cette simplicité donne le ton de l’Avent qui laisse le temps au croyant de relire ainsi toute l’histoire du salut chrétien.

Tout comme le temps de Carême propose un chemin de pénitence pour monter vers la fête de la Pâque du Christ, l’Avent invite, à sa manière, le croyant à simplifier sa vie à l’image du nouveau-né de la crèche. Comme le rappelle aussi la fête de sainte Lucie, le 13 décembre, la symbolique de la lumière est tout particulièrement importante dans cette période de l’année où les nuits sont les plus longues. Mais aussi l’esprit d’enfance, à l’image de leur saint protecteur qu’est saint Nicolas, fêté le 6 décembre, ancêtre chrétien de la figure imaginaire du Père Noël à redécouvrir. © Magazine Pèlerin, novembre 2011

Publier votre commentaire