Double Jubilé diocèse Oyem/ Réunion cadres originaires

Séminaire Saint Jean de Libreville ce mercredi 22 mai 2019. L’évêque d’Oyem, Mgr Jean-Vincent Ondo Eyene a convié les cadres ressortissants de la province du Woleu-Ntem résidant à Libreville à une rencontre. Objet: la préparation du double jubilé du diocèse d’Oyem, et la contribution de chacun.

En cette année jubilaire des 175 ans d’évangélisation du Gabon, le diocèse d’Oyem s’apprête également à vivre le Jubilé de ses 50 ans d’existence (voir Rubrique « Histoire du Gabon/ Diocèse Oyem/ Historique »).

Au cours de cette rencontre, qui a drainé beaucoup de monde, l’évêque d’Oyem a détaillé à l’assistance les défis que doit relever le diocèse.

 

Ainsi, de la transformation de l’ancienne cathédrale Saint Charles Lwanga en Centre culturel diocésain, et la sortie de terre de la Chapelle d’Adoration, qui sera ouverte 24h/24. Un projet ambitieux que ce « chantier du Jubilé », pour un coût estimatif d’un minimum de 142 millions de FCFA.

Mgr Jean-Vincent Ondo Eyene a signifié que le diocèse d’Oyem est « riche, non pas en terme de richesses comme tel, mais riche en matière de ressources humaines. Ce faisant, l’évêque du diocèse d’Oyem a établi des enveloppes, pour que chaque chrétien contribue, de manière significative, à ce projet jubilaire. A ce jour, seuls dix mille FCFA sont entrés dans les caisses de la Curie. Une préoccupation à mesure que le temps passe.

Ce projet doit aboutir. Selon le prélat, « il se bat comme il peut pour générer de l’argent, même s’il s’avère qu’il reste peu de temps ». Voilà pourquoi, a-t-il déclaré, « J’attire l’attention de tous, pour que ce projet parvienne à son terme et au moment indiqué. Je m’excuse d’avoir pris du temps pour le faire savoir aux uns et aux autres. Mais battons-nous, et ayons foi en la Providence ».

L’assistance s’est réjouie de cet appel ecclésial, et a décidé de réagir dans les meilleurs délais.

Sur place, avant la fin de la rencontre, une femme âgée, le dos voûté, s’est levée, et a déposé un billet de dix mille FCFA sur la table. « Ce n’est pas encore tout ce que je donne, je vous reviendrai sous peu », a-t-elle dit, telle la veuve de la Bible. Ce, sous un tonnerre d’applaudissements. Un jeune homme a également déposé un chèque de trois cent mille FCFA, à retirer à la date de la signature.

La séance a été levée après la récitation du chapelet.

Radio Maria Oyem reviendra sur ce temps et ce projet au cours d’une émission spéciale.

Texte et photos: Jacques Mintsa

 

Publier votre commentaire